Cliquez ici pour la version française

Today is September 10, World Suicide Prevention Day. This is the one day a year focused solely on awareness around the issue of suicide and its prevention and this year, we’re spreading the message that suicide can affect anyone and anyone can prevent suicide. This year’s theme, as determined by the International Association for Suicide Prevention, is “Working together to prevent suicide.” Suicide prevention is everybody’s business.

Understanding suicidal crisis

People who think about and attempt suicide don’t want to die: they want a way out of their deep, psychological pain. They describe feelings of being overwhelmed, being stuck, of not being able to see a way out. We work to prevent suicide because it can be prevented: we can shine the light in a person’s life to help them see that there is hope in living, that help is available and that they’re not alone.

Man in shadows, darkness, with serious expression

To better understand the excruciating psychological pain a person in suicidal crisis may be experiencing, here are some first-hand accounts:

 “I didn’t want to be here anymore, I thought it would be better somewhere else. Unless you’ve been in the moment where you can feel that absolute darkness, hopelessness, pain… it has nothing to do with anyone else, it’s just wanting to like remove myself from a situation and stop that pain.”

“I was stuck. Yeah, that overwhelming feeling was just, I hate it, I hated my life, I hated everything about it and I wanted to go die and I wanted to get rid of it… I just wanted to take it out on someone but the only person I was okay taking that out on was me.”

“I felt completely different and disconnected. And I know what it felt like because I knew what it was like to be emotionally and spiritually connected before, so the contrast was so painful. It felt like a broken leg, but it didn’t stop after an hour it kept going and going.”

Learn the warning signs

We all can learn the warning signs of suicide. Any significant change in behaviour is a warning sign for suicide, and this includes things like:

  • Change in mood, from happy to sad or even from sad to happy, and anything in-between
  • Increase in drinking alcohol or taking drugs
  • Change in outlook on life, for example, if someone talks about feeling hopeless and being a burden, this is a warning sign
  • Talk about killing oneself and having a plan of how to do it is a major warning sign – contact 9-1-1 if you’re seeing these signs.

If you see that someone in your life is exhibiting these warning signs, reach out and talk to them. You can start the conversation that could save their life.

Stigma remains the greatest barrier

Before you can reach out, you have to examine your own attitude toward suicide. Stigma remains the greatest barrier to suicide prevention, and if you believe that suicide can’t be prevented, then you won’t be able to help someone at risk. Ask yourself:

  • Do you believe suicide can be prevented?
  • Do you think that, with adequate knowledge and active listening skills, you could help someone at risk?
  • Do you think that anyone could theoretically get to the point of considering suicide or do you think that only people with certain characteristics and traits would consider suicide?

If you answered “no” to any of the above questions, you may want to learn more about suicide and suicide prevention.

Suicide can be prevented

A person who is at the point of suicidal crisis has typically lost all hope and sees no other alternative to their deep, psychological pain than to end their life. When someone reaches out to the person thinking about suicide, they see that people do care about them, and that their life does matter.

Studies have found that 90% of people who were in the process of acting on their plan to die by suicide but were stopped before attempting – either by a passerby, security staff, or police – did not go on to attempt suicide again (Seiden, 1978).

People who think about suicide are desperate for human connection. One man who died by suicide on the Golden Gate Bridge in San Francisco wrote in his suicide note: “If one person smiles at me, I will not jump” (Friend, 2003, p.6).

Ask and listen

With this in mind, your role is to help the person at risk gain back the perspective that they’ve lost, by helping them identify what they have to live for. While this may seem simplistic, its effects are powerful.

Asking someone about suicide, listening to their response, and helping them see the hope in their lives is an extremely effective form of suicide prevention.

If you are in crisis, call 1-833-456-4566 or visit crisisservicescanada.ca. First Nations people and Inuit can also call 1-855-242-3310 or chat at hopeforwellness.ca.

To learn more about suicide prevention, visit Centre for Suicide Prevention at www.suicideinfo.ca.

Want more information? Read our editorial – A caring conversation: What suicide prevention can look like.

References

Brown, S. & Stanley, B. (2012). Safety Planning Intervention: A brief intervention to mitigate suicide risk. Cognitive and Behavioral Practice, 19(2), 256-264.

Friend, T. (2003). Jumpers: The fatal grandeur of the Golden Gate Bridge. New Yorker. Retrieved from https://www.newyorker.com/magazine/2003/10/13/jumpers

Seiden, R. (1978). Where are they now? A follow-up study of suicide attempters from the Golden Gate Bridge. Suicide and Life-Threatening Behavior, 8(4), 203-216.

Xie, H. (2013). Strengths-based approach for mental health recovery. Iranian Journal of Psychiatry and Behavioral Science, 7(2), 5-10.

Vous pouvez venir en aide à une personne suicidaire

Par le Centre pour la prévention du suicide de l’Association canadienne pour la santé mentale

Aujourd’hui, nous sommes le 10 septembre, Journée mondiale de prévention du suicide. C’est la seule journée de l’année entièrement consacrée à la sensibilisation au suicide et à sa prévention. Cette année, nous propageons le message que le suicide peut toucher tout le monde, mais aussi que tout le monde peut le prévenir. Pour 2018, l’Association internationale pour la prévention du suicide a choisi le thème : « Travaillons ensemble pour prévenir le suicide ». La prévention du suicide, c’est l’affaire de tous.

Comprendre la crise suicidaire

Les personnes qui ont des idées et des comportements suicidaires ne veulent pas mourir : elles souhaitent que leur profonde souffrance psychologique prenne fin. Elles décrivent le sentiment d’être submergées, d’être coincées et de ne pas pouvoir s’en sortir. Nous travaillons à la prévention du suicide parce celui-ci peut être évité : nous pouvons être un phare pour une personne en lui montrant que la vie est porteuse d’espoir, qu’il existe de l’aide et qu’elle n’est pas seule.

Man in shadows, darkness, with serious expression

Pour mieux comprendre l’insoutenable souffrance psychologique d’une personne en crise suicidaire, voici quelques témoignages de première main :

 « Je ne voulais plus être ici; je croyais que ce serait mieux ailleurs. À moins que vous ayez déjà vécu un tel moment, où vous ressentez l’obscurité la plus totale, un désespoir et une souffrance absolus… ça n’a rien à voir avec qui que ce soit d’autre; c’est simplement vouloir se sortir d’une situation et mettre fin à la souffrance. »

« J’étais coincé. Ouais, cette sensation accablante, c’était comme, je déteste ça, je détestais ma vie, je détestais tout ce qui la concernait, et je voulais mourir et m’en débarrasser… Je voulais juste m’en prendre à quelqu’un, mais la seule personne sur qui j’étais à l’aise de m’en prendre, c’était moi. »

« Je me sentais complètement différente et déconnectée. Et je connaissais la sensation, parce que je savais comment c’était d’être émotionnellement et spirituellement connectée avant, alors le contraste faisait tellement mal. C’était comme avoir la jambe cassée, mais ça n’arrêtait pas après une heure; ça continuait encore et encore. »

Apprenez à reconnaître les signes d’alerte

Nous pouvons tous apprendre à reconnaître les signes d’alerte du suicide. Tout changement important dans les comportements constitue un signe d’alerte, notamment :

  • Les changements d’humeur; de la joie à la tristesse, voire de la tristesse à la joie, et tous les états intermédiaires
  • L’augmentation de la consommation d’alcool ou de drogues
  • Les changements relatifs à la conception de la vie; par exemple, si quelqu’un dit se sentir désespéré et avoir l’impression d’être un fardeau, il s’agit d’un signe d’alerte
  • Une allusion au fait de s’enlever la vie ou d’avoir élaboré un plan pour y parvenir constitue un signe d’alerte majeur – appelez alors le 9-1-1

Si vous constatez que l’un de vos proches présente un de ces signes, tendez-lui la main et parlez-lui. Vous pouvez entamer la conversation qui pourrait lui sauver la vie.

Les préjugés demeurent le plus grand obstacle

Avant de tendre la main à l’autre, examinez votre propre attitude envers le suicide. Les préjugés demeurent le plus grand obstacle à sa prévention, et si vous croyez que le suicide ne peut pas être évité, vous ne serez pas en mesure d’aider une personne à risque. Posez-vous ces questions :

  • Est-ce que je crois que le suicide peut être évité?
  • Est-ce que je pense qu’avec les connaissances et les compétences d’écoute active adéquates, je pourrais aider une personne à risque?
  • Est-ce que je pense que tout le monde pourrait, en théorie, en arriver au point de songer au suicide, ou plutôt que seules les personnes possédant certains traits et caractéristiques particuliers sont sujettes aux idées suicidaires?

Si vous avez répondu « non » à l’une des questions ci-dessus, vous pourriez vouloir en apprendre plus sur le suicide et sa prévention.

Le suicide peut être évité

Une personne arrivée au stade de la crise suicidaire a généralement perdu tout espoir et ne voit aucune autre issue à sa profonde souffrance psychologique que de mettre fin à ses jours. Lorsqu’on tend la main à quelqu’un qui songe au suicide, la personne se rend compte que les gens se soucient d’elle, et que sa vie a de l’importance.

Les études montrent que 90 % des personnes qui étaient en voie de mettre fin à leurs jours, mais qui en ont été empêchées (soit par des passants, des agents de sécurité ou la police) n’ont pas récidivé (Seiden, 1978).

Les personnes qui envisagent le suicide recherchent désespérément le contact humain. Dans sa lettre de suicide, un homme qui s’est enlevé la vie en se jetant du pont du Golden Gate, à San Francisco, a écrit : « Si une seule personne me sourit, je ne sauterai pas » (Friend, 2003, p. 6).

Posez des questions et écoutez

En gardant cela en tête, votre rôle est d’aider la personne à risque à retrouver la perspective qu’elle a perdue en l’aidant à cerner ses raisons de vivre. Bien que cette démarche puisse paraître simpliste, ses effets sont puissants.

Poser des questions à quelqu’un sur le suicide, écouter sa réponse et l’aider à éveiller l’espoir dans sa vie est une forme extrêmement efficace de prévention du suicide.

 

Si vous êtes en situation de crise, appelez le 1 800-668-6868 ou rendez-vous sur : (Canada) http://www.crisisservicescanada.ca/fr/, (Québec) https://www.aqps.info/besoin-aide-urgente.html ou (Nouveau-Brunswick) http://fr.chimohelpline.ca/. Les Premières Nations et les Inuits peuvent également appeler le 1 855 242-3310 ou clavarder sur le site : https://www.espoirpourlemieuxetre.ca.

Pour en savoir plus sur la prévention du suicide, rendez-vous sur le site du Centre pour la prévention du suicide : www.suicideinfo.ca (en anglais seulement).

Références

Brown, S. et Stanley, B. (2012). Safety Planning Intervention: A brief intervention to mitigate suicide risk. Cognitive and Behavioral Practice, 19(2), 256-264.

Friend, T. (2003). Jumpers: The fatal grandeur of the Golden Gate Bridge. New Yorker. Repéré à https://www.newyorker.com/magazine/2003/10/13/jumpers

Seiden, R. (1978). Where are they now? A follow-up study of suicide attempters from the Golden Gate Bridge. Suicide and Life-Threatening Behavior, 8(4), 203-216.

Xie, H. (2013). Strengths-based approach for mental health recovery. Iranian Journal of Psychiatry and Behavioral Science, 7(2), 5-10.