Cliquez ici pour la version française

Click here to view all our fact sheets on suicide.

These fact sheets are a collaboration between the Centre for Suicide Prevention, the Mental Health Commission of Canada, and the Canadian Association for Suicide Prevention.


What is it?

Injury prevention aims to reduce harm and increase safety for individuals, families and communities. There are two types of injury: intentional and unintentional.

Unintentional injuries include those caused by:

  • traffic collisions;
  • falls;
  • choking and suffocation; or
  • fires and burns.

Intentional injury includes:

  • self-harm;
  • suicide; or
  • domestic violence.

Intentional injuries fundamentally differ from unintentional injuries, because intentional injuries are intended to cause harm, and are directly linked to mental health issues. Self-harming is a way for people with mental health concerns to ease their extreme psychological pain.

More people die by suicide than in motor vehicle collisions in many provinces: it’s often the leading cause of injury death. In British Columbia (2011): 526 suicides and 292 motor vehicle deaths and in Ontario (2010):  1175 suicides/self-harm and 735 transport incident deaths (BC Ministry of Justice, 2010; Parachute, 2015)

Who is at risk of intentional injury?

Anyone can be at risk of intentional injury. Here are some examples of high-risk groups:

Children who self-harm

Children often harm themselves because of harms done to them. The intention of their self-harming behaviours may not be to die by suicide, but if not treated by a mental health professional, can escalate to suicidal behaviour (Centre for Suicide Prevention, 2014).

Youth who engage in risk-taking behaviour

Youth who harm themselves are at greater risk for suicide and have underlying mental health issues or are trying to escape overwhelming and negative emotions (Klonsky, et al., 2014). Risk-taking behaviours, such as promiscuity, driving while intoxicated, or indulging in substance abuse, often lead to intentional and unintentional injury. Early intervention for youth effectively reduces suicide rates, however youth receive the least mental health assistance of all age groups (Standing Senate Committee on Social Affairs, Science and Technology, 2006). Getting vulnerable youth the medical and psychological attention they need should be a suicide prevention priority both nationally and provincially (Kutcher, 2008).

Young and middle-aged men

Generally, there is a reluctance by men to seek assistance for mental health issues. Men who live with depression and do not seek help may be at increased risk for suicide. This is especially true if there are co-occuring disorders such as substance abuse. Men will often mask their stress and cope with their depression through harmful behaviours and actions (Ogrodniczuk, 2011). Men die by suicide three times more often than women (Statistics Canada, 2014).

In 2010 injuries cost Canadians $26.8 billion with suicide and self-harm accounting for $2.9 billion (Parachute, 2015).

Evidence-based strategies to prevent intentional injuries in Canada

1. Reduce access to lethal means

To prevent death by hanging

  • Redesign closet rods, window fittings and furniture to reduce ligature points.

To prevent death by drug poisoning

  • Regulate dosages by reducing pack size of potentially lethal pills.
  • Dispose of unwanted medications properly.
  • Make ongoing recommendations to governments regarding the classification and
  • access of medications by health professionals and the public where concerns arise.

To prevent death by firearm

  • Use locked gun storage.
  • Restrict access to firearms.

To prevent death by carbon monoxide poisoning

  • Require all cars to have catalytic converters.

To prevent death by jumping

  • Post phone number of the local distress centre on bridges and other high places.
  • Construct bridge barriers (Institute for Health Economics, 2010).

2. Educate

Skills-training programs, such as the Applied Suicide Intervention Skills Training (ASIST) workshop, aim to equip community members with the knowledge and skills to intervene with someone at risk of suicide.

Case study – Bridge barriers

Constructing physical barriers on bridges is a highly effective injury and suicide prevention initiative.

In the face of opposition, the City of Toronto erected bridge barriers on the Bloor Viaduct. The construction of this suicide barrier allowed the second deadliest suicide bridge in North America to become virtually free of suicides. Some theories suggest that bridge barriers do not deter suicide and that people will look for another means of suicide, however, research has shown that after the installation of the Bloor Viaduct barriers, the overall suicide rate in the city of Toronto decreased. Read more

Image courtesy of Paul Bica

Resources

A selection of Canadian injury and suicide prevention strategies

 

References

Canada, Parliament, Senate. Standing Senate Committee on Social Affairs, Science and Technology. (2006). Out of the shadows at last: Transforming mental illness and addiction services in Canada. Retrieved from http://www.parl.gc.ca/content/sen/committee/391/soci/rep/rep02may06-e.htm

Centre for Suicide Prevention. (2014). The 5 things we wish all teachers knew about self- harm and suicide. (PowerPoint slides). Retrieved from https://www.suicideinfo.ca/wp-content/uploads/2014/11/Self_harm.pdf

Institute for Health Economics. (2010). Means restriction for suicide prevention. Retrieved from http://www.ihe.ca/advanced-search/means-restriction-for-suicide-prevention

Klonsky, E.D., Victor, S.E., & Saffer, B.Y. (2014). Nonsuicidal self-injury: What we know, and what we need to know. The Canadian Journal of Psychiatry, 59(11), 565-568.

Kutcher, S., & Szumilas, M. (2008). Youth suicide prevention. Canadian Medical Association Journal, 178(3), 2.

British Columbia Ministry of Justice. (2010). B.C. Coroners Service: 2010 Annual Report. Retrieved from http://www2.gov.bc.ca/assets/gov/birth-adoption-death-marriage-and-divorce/deaths/coroners-service/reports/annual/2010.pdf

Ogrodniczuk, J., & Oliffe, J. (2011). Men and depression. Canadian Family Physician, 57(2), 153-155.

Parachute. (2015). The Cost of Injury in Canada. Parachute: Toronto, ON. Retrieved from http://www.parachutecanada.org/downloads/research/Cost_of_Injury-2015.pdf

Statistics Canada. (2014). Suicides and suicide rate, by sex and by age group (Both sexes no.). Retrieved from http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l01/cst01/hlth66a-eng.htm


About the Centre for Suicide Prevention
Anyone can learn to identify someone at risk of suicide and get them help.  Call us. We are the Centre for Suicide Prevention. For 35+ years we’ve been equipping Canadians with knowledge and skills to respond to people at risk of suicide. We can equip you too. We educate for life.

About the Mental Health Commission of Canada
The Mental Health Commission of Canada (MHCC) is a catalyst for improving the mental health system and changing the attitudes and behaviours of Canadians around mental health issues.

About the Canadian Association for Suicide Prevention
The Canadian Association for Suicide Prevention (CASP) was incorporated in 1985 by a group of professionals who saw the need to provide information and resources to communities to reduce the suicide rate and minimize the harmful consequences of suicidal behaviour.

If you are in crisis, call your local crisis line.


La prévention des blessures et le suicide

Voir tous les fiches d’information ici.

Ces fiches d’informations sont une collaboration entre le Centre for Suicide Prevention, la Commission de la santé mentale du Canada, et l’Association canadienne pour la prévention du suicide. 


Qu’est-ce que c’est?

La prévention des blessures vise à réduire les préjudices et à renforcer la sécurité des personnes, des familles et des communautés. Les blessures se classent en deux catégories : intentionnelles et non intentionnelles.

Une blessure non intentionnelle peut être causée par :

  • un accident de la route
  • une chute
  • l’étouffement ou l’asphyxie
  • un incendie ou une brûlure

Une blessure intentionnelle peut être le résultat de :

  • gestes de blessures auto-infligées
  • un suicide
  • la violence conjugale

Les blessures intentionnelles se distinguent fondamentalement des blessures non intentionnelles en ce qu’elles résultent de gestes posés dans le but de causer du tort et sont directement liées à des problèmes de santé mentale. Ce blesser volontairement est un moyen auquel les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale ont parfois recours pour soulager une souffrance psychologique extrême.

Qui est à risque de subir une blessure intentionnelle?

Tout le monde peut être à risque de subir une blessure intentionnelle. Voici quelques groupes particulièrement à risque :

Les enfants qui s’engagent dans des blessures auto-infligées

Les enfants qui s’engagent dans des blessures auto-infligées le font souvent en raison de sévices qu’ils ont subis antérieurement. L’intention derrière leurs actes de blessures auto-infligées n’est pas nécessairement de se suicider, mais s’ils ne sont pas traités par professionnel de la santé mentale, ces pratiques peuvent dégénérer en comportement suicidaire (Centre for Suicide Prevention, 2014).

Les jeunes qui exhibitent des comportements dangereux

Les jeunes qui s’engagent dans des blessures auto-infligées sont plus à risque de se suicider et sont aux prises avec des problèmes de santé mentale sous-jacents, ou tentent de fuir des émotions négatives accablantes (Klonsky et coll., 2014). Les comportements à risque, comme le vagabondage sexuel, la conduite avec facultés affaiblies, et la consommation de substance, mènent souvent à des blessures intentionnelles ou non intentionnelles. L’intervention hâtive auprès des jeunes permet de réduire efficacement le taux de suicide; toutefois, les jeunes forment le groupe d ’âge qui reçoit le moins d ’aide en santé mentale (Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie, 2006). Veiller à ce que les jeunes vulnérables reçoivent le traitement médical et psychologique dont ils ont besoin devrait constituer une priorité en matière de prévention du suicide, tant à l’échelle nationale que provinciale (Kutcher, 2008).

Les hommes jeunes et d’âge moyen

Dans l’ensemble, les hommes sont réticents à demander de l’aide pour un problème de santé mentale. Les hommes aux prises avec la dépression qui ne demandent pas d ’aide pourraient courir un risque accru de suicide. C’est particulièrement vrai lorsqu’ils présentent un trouble concomitant, comme la consommation de substance.

Souvent, les hommes dissimulent leur stress et ont recours à des comportements et des gestes néfastes pour composer avec leur dépression. Le suicide est trois fois plus courant chez les hommes que chez les femmes (Statistique Canada, 2014).

En 2010, au Canada, les blessures ont coûté 26,8 milliards de dollars. Le suicide et les blessures auto-infligées représentaient 2,9 milliards de dollars (Parachute, 2015).

Stratégies fondées sur des données probantes visant à prévenir les blessures intentionnelles au Canada

1. Restriction de l’accès aux moyens de se donner la mort

Pour prévenir les décès par pendaison :

  • Revoir la conception des tringles à cintres et à rideaux afin d ’éliminer ces points d ’attache.

Pour prévenir les décès par intoxication médicamenteuse :

  • Ajuster les doses en réduisant la taille des emballages de médicaments potentiellement létaux.
  • Éliminer adéquatement les médicaments inutilisés.
  • Transmettre aux gouvernements des recommandations continues concernant la classification des médicaments suscitant des préoccupations et l’accès à ceux-ci par les professionnels de la santé et par le public.

Pour prévenir les décès liés aux armes à feu :

  • Utiliser des armoires verrouillables pour le stockage des armes à feu.
  • Restreindre l’accès aux armes à feu.

Pour prévenir les décès par intoxication au monoxyde de carbone :

  • Exiger que toutes les voitures soient équipées d ’un convertisseur catalytique.

Pour prévenir les décès par saut :

  • Afficher le numéro de téléphone du centre de crise local sur les ponts et autres endroits surélevés.
  • Ériger des barrières anti-suicide sur les ponts (Institute for Health Economics, 2010).

2. Sensibilisation

Les ateliers d’acquisition de compétences, comme la Formation appliquée en techniques d’intervention face au suicide (ASIST), visent à équiper les membres de la communauté des connaissances et des aptitudes requises pour intervenir auprès d’une personne à risque de se suicider.

Étude de cas – Barrières sur les ponts

L’installation de barrières physiques sur les ponts est un moyen très efficace de prévenir les blessures et les suicides. En dépit d’une certaine opposition, la Ville de Toronto a fait installer des barrières anti-saut sur le viaduc Bloor. Cette initiative a permis de pratiquement éliminer les suicides sur un pont qui était jusque-là le plus meurtrier d’Amérique du Nord à ce chapitre. Certaines théories avancent que ce type de barrières ne fait que pousser les gens à trouver d’autres moyens de passer à l’acte, mais des recherches ont révélé que le taux global de suicide a diminué à Toronto depuis l’installation des barrières sur le viaduc Bloor. Lisez toute l’histoire

Image gracieuseté de Paul Bica

Ressources

Une sélection de stratégies de prévention des blessures et du suicide au Canada

Références

Parlement du Canada, Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie. De l’ombre à la lumière : La transformation des services concernant la santé mentale, la maladie mentale et la toxicomanie au Canada, 2006. Consulté au https://sencanada.ca/content/sen/committee/391/soci/rep/rep02may06-f.htm

Centre for Suicide Prevention. The 5 things we wish all teachers knew about self-harm and suicide (présentation PowerPoint), 2014. Consulté au https://www.suicideinfo.ca/wp-content/uploads/2014/11/Self_harm.pdf

Institute for Health Economics. Means restriction for suicide prevention, 2010. Consulté au http://www.ihe.ca/advanced-search/means-restriction-for-suicide-prevention

Klonsky, E.D., S.E. Victor et B.Y. Saffer. « Nonsuicidal self-injury : What we know, and what we need to know », The Canadian Journal of Psychiatry, vol. 59, no 11 (2014), p. 565-568.

Kutcher, S. et M. Szumilas. « Youth suicide prevention », Canadian Medical Association Journal, vol. 178, no 3 (2008), p. 2.

Ministère de la Justice de la Colombie-Britannique. B.C. Coroners Service: 2010 Annual Report, 2010. Consulté au http://www2.gov.bc.ca/assets/gov/birth-adoption-death- marriage-and-divorce/deaths/coroners-service/reports/annual/2010.pdf

Ogrodniczuk, J. et J. Oliffe. « Men and depression », Canadian Family Physician, vol. 57, no 2 (2011), p. 153-155.

Parachute. The Cost of Injury in Canada, Toronto, Ontario, Parachute, 2015. Consulté au http://www.parachutecanada.org/downloads/research/Cost_of_Injury-2015.pdf

Statistique Canada. Suicides et taux de suicide selon le sexe et l’ âge (Nombres pour les deux sexes), 2014. Consulté au http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/hlth66a-fra.htm

 


À propos du Centre for Suicide Prevention
Tout le monde peut apprendre à reconnaître une personne à risque de se suicider et lui trouver de l’aide. Appelez-nous. Nous sommes le Centre for Suicide Prevention, une branche de l’Association canadienne pour la santé mentale. Depuis plus de 35 ans, nous fournissons à la population canadienne les connaissances et les compétences requises pour intervenir auprès de personnes à risque de se suicider. Nous pouvons vous procurer les bons outils. Une éducation pour la vie.

À propos de la Commission de la santé mentale du Canada
La Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) joue un rôle catalyseur dans l’amélioration du système de santé mentale et la transformation des attitudes et des comportements de la population canadienne à l’égard des problèmes de santé mentale.

À propos de l’Association canadienne pour la prévention du suicide
L’Association canadienne pour la prévention du suicide (ACPS) a été incorporée en 1985 par un groupe de professionnels qui jugeaient essentiel de fournir de l’information et des ressources aux collectivités afin de réduire les taux de suicide et d’atténuer les conséquences dévastatrices des comportements suicidaires.

Si vous êtes en crise, appelez la ligne d’écoute téléphonique de votre région.