Cliquez ici pour la version française

By Canadian Mental Health Association’s Centre for Suicide Prevention

September 10 is World Suicide Prevention Day, a day to remember those we’ve lost to suicide and raise awareness about how suicide can be prevented.

People who are considering suicide describe feeling hopeless, burdensome, overwhelmed, stuck, and unable to see a way out of their deep, psychological pain except through death. They may be experiencing internal conflict: they want to live but they want the unbearable pain to end.

When we reach out to someone considering suicide we can help them see that there is a way out of their pain. We can help them see that people do care, their life does matter, they’re not alone and help is available. Even if that’s not what they believe when they’re in crisis.

You can be the one to illuminate hope for a person thinking about suicide.

This article will explain how to:

  • identify a person thinking about suicide
  • reach out and have a conversation
  • connect them to help
  • create a safety plan with them
  • support them as they move forward

Identify a person thinking about suicide

People who think about suicide typically exhibit signs that they’re struggling.

Any significant change in behaviour can be a warning sign for suicide, and the more attention we give to those around us, the more alert we can be to these changes in behaviour. Active listening, for example, can help us tune in to comments that may indicate someone is struggling.

Recognizing warning signs of suicide requires a deep shift in how we’ve been taught to interact with others – we are rarely present enough with the people around us to recognize and respond to a change in behaviour.

Some common warning signs include:

  • Statements that indicate hopelessness or being a burden
  • Suicide threats or talking about wanting to die*
  • Suicide plans*
  • Suicide attempt
  • Increased substance use
  • No sense of purpose in life or evident reason for living
  • Withdrawal from friends and family
  • Rage, anger, irritability
  • Recklessness
  • Dramatic mood changes

*These warning signs indicate immediate suicide risk. Stay with the person who is exhibiting these signs and connect them to help. Call the 24/7 crisis line at 1-833-456-4566, in Quebec, call 1-866-277-3553. 

(American Association of Suicidology, n.d.)

Have the conversation

We can all work to create a safe space for someone to freely share and express their emotions through open, non-judgmental conversation and gentle questioning. We can also check-in regularly with those close to us to normalize conversations about wellbeing.

If someone you know is exhibiting warning signs, have an open, non-judgmental conversation with them. You can start the conversation by mentioning your concerns, “I haven’t heard from you much these days. Is everything okay?”

Keep the conversation going by asking questions and listening to what they’re saying. You don’t have to offer solutions – in fact, it’s more respectful if you don’t.

If you’re still worried about them, ask directly: “Are you thinking about suicide?” If they say yes, don’t panic. Let them know you’re there for them and help them access mental health supports. Call the 24/7 crisis line at 1-833-456-4566, in Quebec, call 1-866-277-3553. Youth can text CONNECT to Kids Help Phone at 686868 or call 1-800-668-6868.

Focus on reasons for living

During your conversation and after the person has said that they are thinking about suicide, focus on uncovering that part of them that still wants to live. You can do this by asking: What has kept you alive so far? How have you coped with these thoughts up until now? What is important to you, or used to be important to you?

Based on your conversation and relationship with the person, you may also be able to suggest what their reasons for living might be. For example, if in conversation they mention they have a pet, caring for that pet may be one reason why they’re motivated to stay alive.

Discussing reasons for living helps the person move past their state of crisis so they can be connected to further supports and, with help, craft a safety plan.

Connect them to help

Once a person has let you know that they’re thinking about suicide, it’s important to connect them to help, especially if you think they are at imminent risk of suicide. Even if you’re not worried about imminent risk, connecting that person to help is a great way to support them: they’re considering suicide in part because they haven’t been able to find effective help and support for their psychological pain.

Crisis lines are often the best resource for people considering suicide. They provide free, 24/7 access to trained responders who provide a listening ear in a moment of crisis. This alone can be lifesaving: a person in crisis cannot stay in that heightened state forever. Offering them space to talk is often enough to keep them safe in the moment. Responders can also begin the safety planning process with them and can connect them with other community supports.

In Canada, the crisis line is available 24/7. Call 1-833-456-4566 anytime and at no cost.

If they have a mental health care provider such as a psychiatrist or counsellor, you may encourage them to contact their provider immediately to make an appointment to see them later that day or shortly after.

Close family members and friends can also offer support to people who are considering suicide; if you’re worried about leaving someone alone, suggest that, in your presence, they contact a loved one to ask if they can spend time with them until the heightened state of suicidal crisis has passed. 

It’s possible that the person’s family and friends don’t know that they’re thinking about suicide – you may be the first person they’ve told. Encouraging them to tell trusted and supportive loved ones could be a step forward for them in receiving support from those closest to them.

Plan for safety from suicide

Once you believe the person is no longer at risk – that they’re connected to someone who can continue to support them or they’ve clearly told you they are no longer thinking about suicide – you may decide to leave the conversation and follow up with them later. If you’d like to continue to support them, you can start to develop a safety plan together.

A safety plan can support and guide a person when they are experiencing thoughts of suicide and help them avoid a state of intense suicidal crisis. Anyone in a trusting relationship with the person who’s considering suicide can help draft the plan; they do not need to be a professional.

A person’s unique strengths, abilities, and support people are identified in the plan so that they can draw on them when their thoughts of suicide begin to re-emerge.

When developing the plan, the person considering suicide identifies:

  • their personal warning signs
  • coping strategies that have worked for them in the past, and/or strategies they think may work in the future
  • people who are sources of support in their lives (friends, family, professionals, crisis supports)
  • how to remove the means of suicide from their environment
  • their personal reasons for living, or what has helped them stay alive in the past

A safety plan is written when a person is not experiencing intense suicidal thoughts. It may be written after a suicidal crisis, but not during.

Resource: Safety plans to prevent suicide (https://www.suicideinfo.ca/resource/safety-plans/)

Follow up with your support

In the days and weeks following your conversation, check in with the person who was in crisis to ask how they’re doing, whether they feel better supported now, and if there’s anything you can do to help.

This content is adapted from Together to Live, a guide for preventing suicide in your community. Together to Live was developed by Canadian Mental Health Association’s Centre for Suicide Prevention with funding from the Mental Health Commission of Canada.

Resource: Together to Live: Intervention – Learn more about how to help someone with thoughts of suicide.

If you’re struggling with your mental health or having thoughts of suicide, help is available.

  • Call Canada Suicide Prevention Service at 1-833-456-4566, in Quebec: 1-866-277-3553.
  • First Nations and Inuit can call the Hope for Wellness Help Line at 1-855-242-3310 to talk to someone, or connect to the online chat at hopeforwellness.ca.
  • Youth can text CONNECT to Kids Help Phone at 686868 or call 1-800-668-6868.

References

American Association of Suicidology. (n.d.). Warning signs. https://suicidology.org/resources/warning-signs/

Centre for Suicide Prevention. (n.d.). Together to Live, About: Intervention. https://www.togethertolive.ca/about/intervention/

Comment venir en aide à une personne qui envisage le suicide

Rédigé par le Centre de prévention du suicide de l’Association canadienne pour la santé mentale

Le 10 septembre prochain se tiendra la Journée mondiale de la prévention du suicide, une journée consacrée à la mémoire de ceux et celles que le suicide a emportés et à la sensibilisation des gens aux façons de prévenir le suicide.

Les personnes qui envisagent le suicide disent avoir l’impression d’être un fardeau pour les autres et se sentir désespérées, coincées, submergées, et incapables de trouver une autre façon que la mort pour échapper à leur profonde souffrance psychologique. Elles sont susceptibles de vivre un confit intérieur : elles souhaitent vivre, mais elles désirent aussi mettre fin à leur douleur insoutenable.

Lorsque nous tendons la main à une personne sujette aux idées suicidaires, nous pouvons l’aider à voir qu’il existe une porte de sortie. Nous pouvons l’aider à voir que les gens se préoccupent véritablement d’elle, qu’il y a bel et bien un sens à sa vie, qu’elle n’est pas seule et qu’il y a de l’aide qui s’offre à elle. Même si cela peut lui sembler invraisemblable pendant qu’elle traverse une crise, vous pouvez être celui ou celle qui fait renaître l’espoir chez cette personne qui envisage le suicide.

Cet article vous expliquera comment :

  • reconnaître une personne qui envisage le suicide;
  • établir un contact et discuter avec elle;
  • la mettre en contact avec les ressources d’aide qui s’offrent à elle;
  • créer un plan de sécurité avec elle;
  • la soutenir dans les prochaines étapes.

Sachez reconnaître une personne qui envisage le suicide

Les personnes qui envisagent le suicide affichent généralement des signes de difficulté.

Tout changement important dans leur comportement peut constituer un signe avant-coureur du suicide. Plus nous accordons notre attention aux gens qui nous entourent, plus nous sommes à même de détecter ces changements de comportement. Par exemple, l’écoute active peut nous aider à cibler les commentaires qui peuvent constituer des signes de difficulté.

Pour reconnaître les signes avant-coureurs, il faut profondément changer nos façons d’interagir avec les autres. Trop souvent, nous ne sommes pas suffisamment présents dans la vie de notre entourage pour reconnaître les changements de comportement et y réagir.

Voici quelques signes avant-coureurs communs :

  • affirmations qui indiquent que la personne ressent du désespoir ou qu’elle se considère comme un fardeau;
  • menaces de suicide ou paroles indiquant le souhait de mourir*;
  • plans de suicide*;
  • tentatives de suicide*;
  • augmentation de la consommation de substances;
  • incapacité à trouver un sens à la vie ou une raison d’être évidente;
  • isolement social;
  • rage, colère et irritabilité;
  • imprudence;
  • changements drastiques d’humeur.

*Ces signes avant-coureurs indiquent un risque de suicide immédiat. Restez auprès de la personne qui montre ces signes et mettez-la en contact avec une ressource d’aide. Au Canada, appelez la ligne d’écoute téléphonique du Service canadien de prévention du suicide au 1 833 456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553).

(American Association of Suicidology)

Parlez-en

Nous pouvons tous contribuer à créer un environnement sécurisant pour qu’une personne puisse parler et exprimer ses émotions librement en ouvrant la porte à une discussion ouverte et sans jugement, et en la questionnant avec délicatesse. Nous pouvons aussi prendre régulièrement des nouvelles de nos proches afin de normaliser les discussions sur le bien-être.

Si une personne que vous connaissez montre des signes avant-coureurs, entamez une discussion ouverte et sans jugement avec elle. Vous pouvez commencer la discussion en mentionnant vos préoccupations : « Je n’ai pas eu beaucoup de tes nouvelles ces derniers jours. Est-ce que tout va bien? »

Alimentez la discussion en lui posant des questions et en écoutant ses réponses. Vous n’avez pas besoin d’offrir de solutions. En fait, il est plus respectueux de ne pas en offrir.

Si elle vous inquiète toujours, demandez-lui directement : « Envisages-tu le suicide? » Si la personne répond par l’affirmative, ne paniquez pas. Faites-lui savoir que vous êtes là pour elle et que vous pouvez l’aider à obtenir du soutien en santé mentale. Appelez la ligne d’écoute nationale au 1 833 456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553).

Attirez son attention sur les raisons de vivre

Durant la discussion, après que la personne a dit qu’elle envisage le suicide, cherchez à découvrir la partie d’elle qui souhaite encore vivre. Vous pouvez faire cela en lui posant les questions suivantes : Qu’est-ce qui t’a gardé en vie jusqu’à présent? Comment as-tu chassé tes pensées suicidaires jusqu’à présent? Quelles sont les choses qui sont importantes pour toi? Ou celles qui l’étaient auparavant?

En fonction de votre discussion et de la relation qui vous lie à la personne, vous pourriez également être en mesure de suggérer des raisons de vivre. Par exemple, si la personne mentionne qu’elle a un animal de compagnie au cours de la discussion, le fait de prendre soin de cet animal peut constituer une raison qui la motive à rester en vie.

Discuter de ces raisons peut aider la personne à surmonter son état de crise afin qu’elle puisse obtenir d’autres formes de soutien et ainsi, avec de l’aide, élaborer un plan de sécurité.

Mettez-la en contact avec les ressources d’aide qui s’offrent à elle

Une fois qu’une personne vous a fait savoir qu’elle envisage le suicide, il est important de la mettre en contact avec des ressources d’aide, surtout si vous croyez qu’il y a un risque imminent qu’elle se suicide. Même si le risque ne vous semble pas imminent, une excellente façon de soutenir cette personne est de la mettre en contact avec des ressources d’aide. Rappelez-vous qu’elle envisage le suicide en partie parce qu’elle n’a pas été en mesure de trouver de l’aide et du soutien efficaces pour sa souffrance psychologique.

Les lignes d’écoute téléphonique représentent souvent la meilleure ressource pour une personne qui envisage le suicide. Elles offrent un accès gratuit, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à des répondants formés qui tendent une oreille attentive en période de crise. À eux seuls, ces services peuvent sauver des vies : une personne en crise ne peut pas rester indéfiniment dans cet état intensifié. Le fait d’avoir un espace où elle peut parler est souvent suffisant pour préserver sa sécurité dans l’immédiat. Les répondants peuvent aussi commencer la création d’un plan de sécurité avec la personne et lui présenter d’autres formes de soutien communautaire.

Au Canada, la ligne d’écoute téléphonique est accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Appelez au 1 833 456-4566 (Au Québec : 1-866-277-3553) à tout moment, et ce, sans frais.

Si la personne bénéficie des soins d’un professionnel en santé mentale, comme un psychiatre ou un conseiller en santé mentale, vous pouvez l’encourager à le contacter immédiatement afin de prendre un rendez-vous le jour même, ou peu après.

Les membres de la famille et les amis proches peuvent aussi offrir leur soutien aux personnes sujettes aux idées suicidaires. Si vous vous inquiétez de laisser une personne seule, suggérez-lui de contacter un proche en votre présence afin de lui demander s’il peut passer du temps avec elle jusqu’à ce que son état intensifié de crise suicidaire se dissipe.

Il est possible que la famille ou les amis de cette personne ne soient pas au courant de ses idées suicidaires, que vous soyez la première personne à qui elle admet ce fait. En l’encourageant à en parler à des proches en qui elle a confiance et qui la soutiennent, vous l’amenez peut-être à faire un premier pas pour recevoir l’aide de son entourage immédiat.

Créez un plan de sécurité relatif au suicide

Lorsque vous croyez que la personne n’est plus à risque, parce qu’elle a été mise en contact avec une personne qui peut continuer à la soutenir ou qu’elle vous a clairement dit qu’elle n’envisage plus le suicide, vous pouvez décider de clore la discussion et de prendre de ses nouvelles à un moment ultérieur. Si vous souhaitez continuer à la soutenir, vous pouvez élaborer un plan de sécurité ensemble.

Un plan de sécurité peut soutenir et guider une personne lorsque des pensées suicidaires l’agitent, ainsi que l’aider à éviter un état intensifié de crise suicidaire. Toute personne se trouvant dans une relation de confiance avec la personne sujette aux idées suicidaires peut contribuer à l’élaboration du plan. Nul besoin d’être un professionnel.

Le plan identifie les forces et les habiletés uniques de la personne, ainsi que les personnes vers qui elle pourra se tourner pour du soutien lorsque les pensées suicidaires la tourmenteront de nouveau.

Lorsque vous élaborez le plan, la personne qui envisage le suicide doit identifier les éléments suivants :

  • ses signes avant-coureurs personnels;
  • les stratégies d’adaptation qui ont fonctionné pour elle dans le passé et/ou les stratégies qui pourraient fonctionner à l’avenir;
  • les personnes qui constituent des sources de soutien dans sa vie (amis, famille, professionnels, services de soutien en matière de crise);
  • les façons d’éliminer de son environnement les moyens de se suicider;
  • ses raisons d’être personnelles, ou les idées qui l’ont aidée à rester en vie.

Un plan de sécurité doit être rédigé lorsqu’une personne n’est pas tourmentée par des idées suicidaires intenses. Il peut être rédigé après une crise suicidaire, mais pas lorsqu’elle bat son plein.

Ressource : Plans de sécurité pour prévenir le suicide (https://www.suicideinfo.ca/resource/safety-plans/) (en anglais seulement).

Soutenez-la dans les prochaines étapes

Dans les jours et les semaines suivant votre discussion, prenez des nouvelles de la personne qui a vécu une crise. Demandez-lui comment elle va, si elle se sent mieux soutenue depuis votre dernière discussion et si vous pouvez faire quoi que ce soit pour l’aider.

Le présent contenu est adapté de Together to Live (en anglais), un guide pour la prévention du suicide dans votre communauté. Together to Live a été développé par le Centre de prévention du suicide de l’Association canadienne pour la santé mentale à l’aide du financement de la Commission de la santé mentale du Canada.

Ressource (en anglais seulement) : Together to Live : Intervention – Apprenez-en davantage sur les façons d’aider une personne qui envisage le suicide.

Si vous éprouvez des difficultés avec votre santé mentale ou si des pensées suicidaires vous traversent l’esprit, appelez le Service canadien de prévention du suicide au 1 833 456-4566 ou, pour les peuples autochtones, la Ligne d’écoute d’espoir pour le mieux-être au 1 855 242-3310, ou consultez le site Web espoirpourlemieuxetre.ca pour parler à quelqu’un.

Références

American Association of Suicidology. (sans date). Warning signs. https://suicidology.org/resources/warning-signs/

Centre de prévention du suicide (sans date). Together to Live, About : Intervention. https://www.togethertolive.ca/about/intervention/